Étiquetage alimentaire : réglementation et mentions obligatoires

Packaging & étiquette alimentaire

 

L’étiquetage alimentaire est une partie importante et sensible de vos packagings. En effet, c’est le vecteur de votre communication, de votre message, de vos engagements, tout en devant respecter des normes précises. Pour les produits vendus en Union européenne, c’est le règlement (UE) n°1169/2011 qui précise toutes les mentions obligatoires. Voyons ensemble vos devoirs et vos droits pour l’étiquetage de vos denrées alimentaires en tant que producteur culinaire…

 

Les bonnes pratiques de l’étiquetage alimentaire

L’emballage de votre article culinaire est un élément qui mérite toute votre attention. C’est ainsi que le client rencontre votre marque d’un coup d’œil et qu’il appréhende votre produit. Il y a donc de grands enjeux derrière cet étiquetage alimentaire ! Voici les grandes lignes à suivre pour le réussir :

  • être objectif, loyal, précis et transparent dans les informations que vous transmettez,
  • écrire les indications en français.

Vous devez éviter d’induire le consommateur à l’erreur. La transparence est d’ailleurs une qualité appréciée par les clients, qui amène à la confiance – et évite la mauvaise pub de la part des acheteurs. En France, les consommateurs apprécient d’avoir toutes les informations : je vous invite donc à mettre tous les renseignements dont ils pourraient avoir besoin, même si c’est seulement optionnel.

Bien entendu, il ne faut pas aller à l’encontre d’un visuel accrocheur et en accord avec votre identité visuelle ! La clarté passe aussi par les images et le graphisme de votre étiquetage alimentaire. Pour réaliser votre étiquette dans les règles, faites appel à un graphiste culinaire qui connaît toutes les subtilités de ce type de document.

 

Les mentions obligatoires pour l’étiquetage alimentaire

Sur vos étiquettes de denrées alimentaires, il va de votre responsabilité d’afficher de manière exacte les informations. Elles doivent être rédigées de façon à être facile à lire et à comprendre. Attention, il faut aussi qu’elles soient indélébiles !

 

La désignation commerciale

Il s’agit du nom de votre article, qui le décrit de manière objective et limpide. Il ne s’agit pas de votre nom commercial qui peut s’ajouter à l’emballage, mais bien de l’énoncé de votre produit culinaire. Par exemple : “Chocolador, biscuits nappés de chocolat avec morceaux de caramel”.

 

La liste des ingrédients

Préparez-vous, il y a de nombreuses règles à respecter pour cette partie qui doit être soignée. C’est un des éléments les plus scrutés par les futurs consommateurs.

  • Les ingrédients (y compris les additifs) sont énumérés dans l’ordre décroissant de leur pourcentage en poids, et sous leur dénomination légale.
  • On indique les 14 allergènes les plus importants, précédé du mot “contient” et figurant de manière visible : passage en gras, fond de couleur, etc.
  • Certaines quantités doivent directement être inscrites dans cette liste
  • Idem pour la provenance, c’est notamment le cas pour la viande ou pour l’ingrédient primaire (qui compose plus de 50 % de votre produit)
  • Le mot “ingrédients” précède cette énumération.

 

La quantité de remplissage

Une des obligations de l’étiquetage alimentaire est d’informer sur la quantité nette du produit vendu. Pour cela, il faut l’exprimer en grammes ou en kilogrammes, en nombre de pièces, en millilitres ou en litres. Pour les légumes en conserve et les autres articles du même type, on note le poids net égoutté.

 

La date limite de consommation

C’est une information très attendue par les clients : combien de temps se conserve le produit qu’ils sont sur le point d’acheter ? Pour les denrées périssables, il convient de noter la DLC, date limite de consommation : “à consommer jusqu’au”. Pour les autres produits, la date de durabilité minimale (DDM) est à indiquer : “à consommer de préférence avant/au plus tard”. Pensez également à noter toutes les informations sur le mode de conservation et d’utilisation de votre produit culinaire.

 

L’étiquetage nutritionnel

La législation de l’Union européenne vous oblige à indiquer sous la forme d’un tableau les informations nutritionnelles de votre produit. C’est une manière de renseigner le consommateur sur ce qu’il s’apprête à acheter.

Voici les renseignements à faire apparaître :

  • la valeur énergétique,
  • la quantité de matières grasses, d’acides gras saturés,
  • la quantité de glucides, de sucres,
  • la quantité de protéines,
  • la quantité de sel,
  • les vitamines et minéraux.

Pour savoir comment indiquer précisément ces informations ou de quelle manière les obtenir, je vous invite à consulter directement le règlement de l’Union européenne à ce sujet.

 

La traçabilité de votre produit culinaire

Retracer le parcours d’une denrée alimentaire est primordial pour assurer la sécurité du consommateur. Chaque étape est concernée, de la production à la distribution. Il est nécessaire de noter le nom et l’adresse de l’exploitant implanté en Union européenne. Si l’emballage se fait par un prestataire extérieur, un code précédé de “EMB” servira à l’identifier. Enfin, un numéro de lot est obligatoire, la forme en est libre. Cela permet un rappel des produits efficaces si jamais ça doit arriver !

À savoir : pour les produits d’origine animale, l’estampille vétérinaire est nécessaire.

 

Le Triman

Depuis 2018, le Triman a remplacé le “point vert”. C’est un logo qui indique que l’emballage va bien dans la poubelle de tri. Si le packaging est recyclable, en totalité ou en partie, il est nécessaire de l’apposer, en donnant les consignes de tri si besoin.

 

Comment faire apparaître ces mentions obligatoires ?

 

Sur l’étiquetage alimentaire, il n’y a pas que ce que vous écrivez qui compte : la façon de le faire est aussi régie par des normes à suivre ! De manière très concrète, les mentions obligatoires doivent mesurer sur votre packaging au minimum 1,2 mm de hauteur. Si jamais votre emballage est inférieur à 80 cm², alors il est possible de baisser cette taille à 0,9 mm.

Votre emballage alimentaire, et non l’étiquette, est vraiment petit (moins de 10 cm²) et vous ne pouvez pas tout écrire ? Voici ce qu’il faut absolument faire figurer :

  • la dénomination,
  • les substances provoquant des allergies ou des intolérances,
  • la quantité nette,
  • la DLC ou la DDM.

Le tout dans le même champ visuel !

 

Concernant les boissons alcoolisées, vous pouvez retrouver toutes les spécificités dans mon article de blog : Vins, bières, spiritueux : quelles sont les mentions légales à faire apparaître sur votre packaging ?

 

À savoir : le code-barres est bien souvent nécessaire (sauf pour les circuits courts où il tend pourtant à se généraliser). Ce dernier doit avoir un contraste suffisant pour être efficace. Retrouvez toutes les informations utiles sur le site du GS1, l’organisme mondial en charge du code-barres.

 

Les mentions facultatives de l’étiquetage alimentaire

Certaines indications ne sont pas obligatoires sur les emballages alimentaires, mais peuvent apporter des informations supplémentaires aux consommateurs. C’est notamment le cas du Nutri-Score, mis en place en 2017 en France.

D’autres mentions seront peut-être spécifiques à votre produit : une boisson déconseillée aux enfants, car elle contient de la caféine par exemple. Il existe aussi des expressions réglementées comme “fermier”, “biologique”, “produit de montagne », les AOP, les IGP, etc.

Enfin, veillez à ne jamais tromper le client avec des indications comme “sans conservateurs” ou “naturel”, alors que ce sont des caractéristiques générales à tous les produits de ce type – et pas seulement à celui de votre marque. Je vous invite par ailleurs à vous renseigner plus précisément sur les allégations nutritionnelles ou de santé, pour éviter tout faux pas.

L’étiquetage alimentaire a deux enjeux principaux, et vous devez les réussir tous les deux ! D’un côté, il s’agit d’un rôle d’information et de transparence, de part les mentions obligatoires notamment. De l’autre, c’est un outil de communication, un vrai exercice marketing pour plaire et convaincre vos futurs clients.

Besoin de conseils ? Discutons-en ensemble.

 

🎁 Téléchargez votre check-list réglementation et mentions légales pour vos étiquettes alimentaire gratuitement !

Je télécharge !